Attention, si votre panier contient des pneumatiques, votre centre Midas devra vous confirmer leur disponibilité !

Qu’est-ce que la mobilité douce ?



La mobilité douce ou éco mobilité, ou encore mobilité durable, est une manière de se déplacer sans motorisation.

Cette mobilité constitue une alternative de premier plan à l’utilisation excessive de la voiture dans nos cœurs de ville saturés. Dans cet article, nous allons expliquer la raison de sa popularité auprès d’une population essentiellement urbaine.

Cette forme de mobilité concerne des moyens de déplacement comme le vélo, la trottinette, les NVEI (nouveaux véhicules électriques individuels), le skate, le roller, le covoiturage et enfin, la marche à pied.


Tous ces moyens de déplacement sont plus propres, plus écologiques, économes de gaz à effet de serre et constituent dans leur ensemble une excellente réponse à l’urgence climatique


midasfr_cycloo_produits



Questions et enjeux de la mobilité douce

 

La mobilité douce est une réponse aux problèmes de mobilité dans le cadre de l’urgence climatique.

 

Avant toute chose, la mobilité douce doit être une réponse systématique en tant qu’alternative à la voiture pour toute notre mobilité urbaine. Si l’on considère que les déplacements professionnels représentent 5,5 millions de trajets par jour en Ile-de-France, il faut trouver des réponses immédiates. Nous n’avons plus de temps à perdre : plus qu’un choix, la mobilité douce doit devenir une nécessité.

 

Mais ne nous y trompons pas : les alternatives concernent les déplacements urbains mais aussi ceux entre régions.

Aujourd’hui, se rendre de Paris au Massif central n’est encore envisageable qu’en voiture. Dans un avenir proche, nous devrons nous demander comment faire pour ne pas s’en servir ou alors, le moins possible. Certes, une réponse nous est proposée avec la voiture électrique, mais la présence de batteries pose un double problème énergétique et humain. Il ne nous sera pas possible de ne pas y répondre dans un avenir proche.



Collectivités et entreprises doivent repenser la façon dont on peut se déplacer

 

La mobilité douce, ou durable, remet en question l’organisation de l’espace urbain pour permettre les déplacements domicile-travail dans les meilleures conditions. Les collectivités peuvent favoriser ce type de mobilité en organisant par exemple le développement de vélos en libre-service, en ouvrant de nouvelles pistes cyclables et des voies piétonnes.

 

Les entreprises doivent participer aux abonnements de transports en commun de leurs salariés, encourager par des primes ceux qui se rendent au travail à vélo ou en moyens de transport verts et, bien sûr, proposer des parkings pour vélos en nombre suffisant.

 

Pour les écoles et les déplacements scolaires, il faut miser sur la pédagogie. Les établissements scolaires doivent faire un effort sur l’apprentissage du vélo et l’organisation de lignes de pédibus ou de caracycles (vélobus). Il s’agit de permettre aux écoliers de se rendre à l’école en suivant des itinéraires réguliers, établis à des heures fixes, et encadrés par des adultes bénévoles pour la sécurité des enfants.


Localement, plusieurs initiatives ont été mises en place : en 2007, on comptait ainsi 152 lignes de pédibus dans le grand Lyon.

 


Comment favoriser la mobilité douce ?

 

À ce stade, il est utile de rappeler quelques chiffres officiels sur la pollution et la qualité de l’air extérieur en France. Il nous faut donc rappeler que les transports représentent 30 % des émissions de CO2 en France. La pollution de l’air est responsable de 48 000 décès par an et représente un taux de mortalité de 9 % à l’échelle du pays. Le coût sanitaire de cette pollution de l’air est estimé, par la Commission d’enquête du Sénat, à près de 100 milliards d’euros par an. Devant de tels chiffres, il devient alors plus qu’important de soutenir le développement de la mobilité douce.

Mais comment s’y prendre ?

 

Le vélo, roi du centre-ville


Il est évident que la priorité de mise en œuvre de la mobilité douce concerne d’abord l’espace urbain. C’est pourquoi la mobilité urbaine doit être une réponse immédiate à l’urgence climatique.

Pour encourager ce type de mobilité, il faut développer la circulation à vélo. Il faut créer davantage de pistes cyclables. Il faut aussi faire en sorte d’allonger ces pistes pour qu’elles desservent des zones éloignées des centres urbains et encourager le développement du vélo sur de plus longues distances. Ce raisonnement est aujourd’hui applicable grâce au développement croissant du vélo électrique. Les économies de carburant et d’émissions de CO2 sont liées aux avantages procurés sur le plan sanitaire par l’amélioration de l’air extérieur et la pratique d’un exercice physique.


Il faut préciser que le raisonnement du vélo s’applique de la même manière à la trottinette et au skate, maintenant que ceux-ci ont trouvé leur place officielle sur les pistes cyclables et non sur les trottoirs.

Cela passe aussi par des mesures incitatives. Les collectivités pourraient proposer des primes pour l’achat et l’entretien de vélos et trottinettes électriques.

 

La place des piétons

 

Pour favoriser la mobilité urbaine, il faut bien sûr développer les rues piétonnes et les espaces piétonniers donnant la priorité à ces derniers sur des voies interdites aux autres moyens de déplacement.

Faire de l’hyper centre-ville un espace piétonnier, c’est améliorer la qualité de l’air et transformer la perception de celui-ci.

Les citadins pourront redécouvrir le plaisir de la marche à pied et voir leur ville sous un autre jour.

 

Comment entretenir les nouveaux moyens de déplacement ?

 

Si nous partons du principe que les vélos électriques et trottinettes vont peu à peu dominer notre espace urbain, il faudra bien multiplier les points permettant d’entretenir ces nouveaux moyens de déplacement. Il faut savoir que, là encore, des changements sont déjà en cours. En effet, Midas, enseigne traditionnelle de l’entretien automobile, se propose d’apporter ce service.


Sans renier à notre cœur de métier, nous vous proposons avec notre nouvel espace, Midas City, des centres spécialisés dans la vente, la réparation, et l’entretien des vélos et des trottinettes électriques.


Et c’est parce que nous savons qu’il faut nous adapter et évoluer dans ce domaine de la mobilité écologique que nous invitons nos clients à faire évoluer leurs comportements et repenser leur façon de se déplacer. Aujourd’hui en ville, mais demain partout, il faudra que chacun d’entre nous s’adapte pour le bien de la planète.